Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Tayla A. Blackwings le Mer 17 Juin - 20:19



Premières notes dès l'Aube

Feat :  Méphistophélès Vincentius

Le printemps s'était installé depuis quelques semaines déjà, et tu ressentais l'envie de sortir. Un besoin de liberté, en quelques sortes. Cependant, à ta grande surprise, après ces cinq ans enfermée sur cette île... Non, tu n'étais pas enfermée... Mais coupée du monde. Reprenons. Après ces cinq années sur cette île, coupée du monde extérieur, tu t'étais surprise à ne pas en être lassée ou étouffée. Tu semblais rêver, en quelques sortes.

Tu marchais depuis quelques minutes déjà, les doigts entrelacés devant toi, pensant à tout ce qu'il s'était passé. Tu levas les yeux au ciel. Le temps était doux, seul quelques nuages s'aventuraient dans le ciel encore rosé de la matinée. Il était tôt. Quelle heure ? Tu jugeas, par l'emplacement du soleil, qu'il devait être sept ou huit heures, mais il arrivait que tu te trompais. Après tout, le temps n'était pas ton élément.
Finalement, dans un long soupir d'apaisement, tu t'assis sur un banc, dans le parc. Les arbres étaient en fleurs, et l'herbe était plus verte que jamais. Tu étais apaisée rien qu'à observer la nature. Tu en oubliais presque la civilisation, tes semblables, ceux qui n'avaient pas de magie en eux... Il n'y avait plus que toi et cette nature chaleureuse. Tu lâchas un nouveau soupir en t'étirant légèrement, fixant une fleur rose, un peu plus loin. A cet instant, tu regrettas de ne pas avoir ouvert un seul livre de botanique. Tu réajustas pour la énième fois de la matinée le flot dans tes cheveux. En y pensant, tu n'avais jamais changé de style vestimentaire depuis que tu étais arrivée à Demios. Toujours les mêmes tissus, les mêmes coupes... Toujours la noblesse... En quelques sortes. Tu ne quittais presque jamais tes robes et tes accessoires, bien que tu ne te définisses pas toi-même comme riche. C'était assez incroyable quand même.

Tu fermas les yeux un instant avant d'esquisser un léger sourire. Une belle journée, un temps doux, un décor apaisant... Tout était là, après tout. Tu te relevas en t'étirant avant d’utiliser ta magie pour faire apparaitre devant toi, à la hauteur de tes bras, ton violon. Tu soufflas longuement avant de te décider de te mettre à jouer. Au simple contact de l'instrument, tu sentais déjà qu'il n'y avait rien de plus important que la musique. Dès les premières notes, tu oublias tout ce qu'il y avait autour. Presque adossée à un arbre, tu jouais doucement, comme pour ne pas réveiller la nature encore endormie, si tôt le matin.

HRP:
Voici la jolie robe de Tayla ainsi que la musique (les pages s'ouvrent par défaut dans un nouvel onglet).

© Fiche par Beroz



Dernière édition par Tayla A. Blackwings le Ven 3 Juil - 18:33, édité 2 fois
Tayla A. Blackwings
avatar


L'Espace n'a aucune limite

Argent : 1850
Âge du personnage : 17
Puissance :
170 / 500170 / 500

Feuille de personnage
Inventaire:
Pouvoirs du Personnage:
Statut: Etudiante (Espace)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Invité le Ven 19 Juin - 19:31

L'air était particulièrement doux ce matin. Il semblait presque impossible d'imaginer l'arrivée de l'été prochainement tellement que cette douce brise matinale semblait liée pour un temps le printemps. Même les journées ne voulaient évoluer dans l'étreinte de la saison chaude arrivante, elles restaient douces, parsemées au ciel de nuage et aux quelques averses. C'était agréable, et cela rendait l'âme bien poétique du démon qui s'avançait tranquillement dans la ville qui semblait dormir encore. Du moins, les rues l'étaient mais dans les maisons entourant l'académie, les mouvements se ressentaient, les paroles venaient aux oreilles du professeur telles des chuchotements. Le peuple s'agitait à se préparer avant de quitter le logis pour aller travailler. Mr.Vincentius marchait sur les pavés qui recouvraient les trottoirs et les routes de la partir piétonne de la ville. L'homme marchait en silence, avançant comme une ombre dans la lumière du jour naissante. Il vivait en retrait de la ville, ce qui le poussait tous les jours à quitter son domicile très tôt. Lorsqu'il ne se sentait d'humeur à marcher, il sortait sa belle voiture coupée sportive, mais c'était généralement à la saison froide, ou quand le temps était à la pluie. Méphistophélès aimait marcher dans les noirceurs qui lui rappelaient tant l'univers duquel il venait, malgré ses longs voyages sur bien des planètes et mondes. Mais aujourd'hui, le voilà qui avait acheté demeure, et qu'il résidait dans ce monde qui avait bien changé depuis l'époque de J.Faust. Une lueur de nostalgie agita ses yeux gris tempête. C'était le bon vieux temps. L'époque passée n'était aussi intéressante que le présent, c'est ce qui faisait tant jubilé l'ancien empereur.

Il s'avançait, d'un pas sur sur les pavés puis le voilà qui arriva devant les deux grandes portes de Demios. Il leva la tête, les détailla puis se présenta à l'accueil. Le gardien le salua. Il pouvait passer par une porte à l'arrière, qui l'aurait davantage rapproché de la salle des enseignants, là où son casier et ses bureaux étaient, mais, il ne pourrait ainsi voir l'école muette et hantée. Cela ne lui plaisait pas. Il entra par la porte qu'empruntait donc les étudiants lorsque les cours allaient commencer. L'enseignant se profila dans la cour, ses pas résonnèrent dans l'enceinte de ces bâtiments inanimés pour l'heure. Son regard se posa vers le parc, il s'en alla pour le traverser. Il avait du temps devant lui, avant que l'heure et les sonneries résonnent pour indiquer aux élèves de se diriger vers leurs salles de cours, mais aussi aux corps enseignants. Méphistophélès sortit une montre à gousset de la poche droite de son long manteau noir. 7h25. Cela fit sourire le démon. Il jouissait de la protection du temps à défaut d'avoir perdu ses flammes, mais hélas pour lui, il ne pouvait influencer l'élément de toutes vies : le Temps. Mais qu'importait pour lui, il était en quête d'autre chose que la simple bénédiction de ce dieu important. Il songeait à où il pourrait trouver son trésor caché lorsqu'un doux son vint chatouiller ses oreilles.

Méphistophélès releva la tête. Comme attiré par le monde extérieur et non par ses pensées, il découvrit enfin la belle végétation du parc. Si quelques amantes ne le retenaient guère aux plaisirs de la chair, Méphistophélès se serait donné volontiers en amour certain pour Dame Nature ! Il reconnu les fleurs, les arbres. Non qu'il avait cherché dans des livres leur espèces, leurs dons de guérir ou d'engendrer la mort, sa vie particulière longue et étendue dans le temps, lui avait apprit à reconnaitre les herbes, fleurs, arbres et buissons d'un simple regard. Beaucoup l'aurait envié jusqu'à ce qu'il leur dise que de nombreux corps qu'il avait habité, c'était éteint en buvant un verre au gout âcre des fleurs, engendrant sa mort. Dommage que ses ennemis n'aient pu réussir à le tuer, le laissant seulement capable de reconnaitre les poisons quand on lui en tend un. Mais qu'importe, ses pensées s'évaporèrent au doux son d'un archet frôlant les cordes d'un violon. Mr.Vincentius laissa son instinct le guider et il se retrouva, à l'ombre d'un hêtre, à contempler la jeune étudiante qui maniait l'instrument avec dextérité. Elle était richement vêtue, des vêtements qui ne rappelaient nullement ceux des autres étudiants. L'ancien empereur compris que trop facilement qu'elle ne venait pas de Terre mais d'une quelconque autre planète. Il sourit, se sentant moins seul dans son périple vers d'autres univers. Ses yeux ne quittèrent la silhouette jouant. Par respect à l'artiste, il resta coi, se contentant de rester en retrait et l'écoutant jouer. Il se remémora des scènes de son passé, plus ou moins agréables.
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Tayla A. Blackwings le Ven 19 Juin - 20:40



Premières notes dès l'Aube

Feat :  Méphistophélès Vincentius

Tellement absorbée par ton instrument et le doux son qu'il produisait, tu ne faisais plus attention autour de toi. Ce fut donc normal que, lorsque tu remarquas une présence humaine, tu perdis ta concentration et tu dérapas. Ainsi ta note sonna faux et tout s'arrêta. Tu fixas l'arrivant, à moitié surprise et gênée, avant que tu ne la reconnaisses finalement.

- « Ah... Monsieur Vincentius... Je... Je ne savais pas que vous étiez là... »

Tu détournas les yeux, puis baissas la tête, avant de "ranger" ton violon à l'aide de ta magie : de retour dans son étui, bien gardé, dans ta chambre. Tu étais vraiment gênée. Bien que tu aimais la musique, tu n'avais jamais parlé de ta passion, et encore moins dit un seul mot dans le cours de ce professeur. Tu avais toujours été discrète et, étant prise ainsi au dépourvu, tu ne savais pas quoi faire ni comment réagir. Tu ne pensais pas qu'un jour, quelqu'un t'entendrait jouer et, à vrai dire, tu pensais que tu aurais su réagir alors qu'en réalité, pas du tout. Tu étais vraiment désorientée.

Ta première réaction fut de te renfermer. C'était une habitude chez toi face aux secrets révélés. Tu tournas la tête vers les fleurs, faisant mine de les regarder, puis tu pris une mèche de tes cheveux entre ton index et ton pouce avant de, machinalement, les frotter ensemble et de les entortiller autour de ton index. C'était un tic que tu ne connaissais que trop bien, qui faisait irruption à chaque fois que tu étais gênée. En fait, tu t'étais surprise à le faire dès lors que l'on t'interrogeait en cours, que tu saches la réponse ou non. Par gêne ou timidité, tu le faisais toujours. Tu commençais déjà à divaguer. Il fallait que tu trouves une solution face à cette situation, sans porter atteinte ni au professeur, ni à ta personne. Ce qui serait bien plus compliqué que ce que tu pensais. Tu jetas un rapide coup d'oeil vers Monsieur Vincentius avant de reporter ton attention sur une fleur pourpre, ou plutôt pâle, qui ressemblait à al couleur de tes yeux.

© Fiche par Beroz



Dernière édition par Tayla A. Blackwings le Ven 3 Juil - 18:33, édité 1 fois
Tayla A. Blackwings
avatar


L'Espace n'a aucune limite

Argent : 1850
Âge du personnage : 17
Puissance :
170 / 500170 / 500

Feuille de personnage
Inventaire:
Pouvoirs du Personnage:
Statut: Etudiante (Espace)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Invité le Dim 21 Juin - 11:31

Le son de l'instrument résonnait parmi les troncs épais des arbres existant depuis bien longtemps. C'était doux et à la fois, cela rappelait une certaine tristesse à l'enseignant qui plaça les yeux malgré son sourire d'entendre une telle musique. Ses pensées sombres revinrent mais, dans une magnifique note, elles furent emportées par la brise du vent qui semblait s'être lui-même convié à cet "opéra". Le trentenaire détailla en silence de la jeune femme qui, tout d'un coup, comme le remarquant, fit déraper son archet qui frôla la mauvaise corde, provoquant un son grave mais très dérangeant à l'oreille.

- « Ah... Monsieur Vincentius... Je... Je ne savais pas que vous étiez là... »

Cette remarque le fit sourire, tout autant que la disparition de l'élément. Il se souvint alors du dossier de la demoiselle. Elle manipulait l'espace, il en était donc aisé de recourir à l'aide de ce don pour faire ainsi s'évaporer le violon de là où ils étaient pour un autre endroit. Soudainement, Tayla, telle était son nom, s'empourpra légèrement, tourna la tête et, comme des portes que l'on fait claqué, elle se referma sur elle-même, chose qui attira la curiosité de Mr.Vincentius. Ce dernier sortit de sa cachette et doucement, il s'approcha de la belle. Ses longs cheveux au couleur de la glace frémirent sous la brise du seigneur de l'air. Une telle blancheur rappela que le démon, avait d'avoir les cheveux ébènes, les avait tout aussi blanc que l'étudiante, mais, cela remonte bien avant l'existence de ce nouveau corps accueillant son âme. Elle lui jeta un rapide coup d'oeil qui eurent don de rappeler à Méphistophélès, deux petits joyaux aux teintes rosés, des Grenats de Rhodolite, qui étaient d'un rose pourpre. C'était de très belles pierres, rares que la jeune femme semblait s'être emparée pour en faire un regard qui devait faire faire révérence aux jeunes hommes comme aux anciens.

- Il faut croire que je suis plus discret que je ne le pensais.

Il laissa son sourire s'élargir et ses yeux se plisser, la joie semblait déborder de lui comme un vase accueillant trop d'eau. Il continua de s'approcher d'elle, ses pas aussi silencieux que ceux d'un félin. Mais il était plus aisé de le comparer à une ombre avec ses habits d'un noir de jais, ses yeux gris tempêtes. Doucement, il leva son avant-bras gauche et dans un tic, il remonta ses lunettes, depuis leur centre sur son nez, avec l'aide de son index. Ce geste était particulièrement regardé par les dames.
Méphistophélès continua de poser son regard sur la belle d'un autre monde. Il soupira, quelque peu déçu qu'elle ne lui ait jamais parlé de ce don pour quérir un doux son du violon. Il était enseignant en Beaux Arts, il menait les cours d'art, que ce soit peinture ou musique mais, elle s'était toujours tu lorsqu'il s'était agi de son cours concernant la musique. Pourquoi donc ? Il l'ignorait mais, Tayla ne semblait pas avoir réellement de ces cours.

- Je suis quelque peu déçu de ne guère avoir pu entendre votre symphonie du coeur plus tôt mais soit, il doit y avoir certaines raisons, alors je ne vous dérangerai guère en cours ou à l'extérieur.

Il inclina légèrement, comme si ses mots signifiait une promesse qu'il tiendrait jusque dans sa tombe. Elle pouvait lui faire confiance, il ne révélait des choses que lorsque cela allait dans ses intérêts mais là, savoir qu'elle jouait merveilleusement du violon, ne lui serait nullement utile.

- Je ne voulais vous déranger.

Il sortit de nouveau sa montre à gousset, regarda l'heure. 7h42. Il soupira, l'heure du début des cours arrivait, il releva son regard tandis que l'objet du temps fut de nouveau glissé dans une poche de son long manteau. Attrapant son haut de forme, il fit une révérence à la jeune étudiante.

- Je vous demande pardon.

Il était que trop poli. Son acte rappelait celui des serviteurs d'un seigneur, ironique lorsque la vérité éclatait, laissant cois les autres. Un ancien empereur s'inclinant comme si son titre n'avait jamais existé, c'était quelque chose qui en faisait rire plus d'un avant de disparaitre dans les bras de la Mort. Nul n'avait pu dire son ancien devoir, la belle Faucheuse semblant avoir noué pacte avec le Malin, les emportait avant que rumeurs ne s'avèrent grandissante et que vérité se montre.
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Tayla A. Blackwings le Dim 21 Juin - 14:24



Premières notes dès l'Aube

Feat :  Méphistophélès Vincentius

Tu n'avais pas du tout remarqué le professeur avant de déraper sur ton instrument. Au moins, tu avais pu retenir que tu avais tendance à oublier ton environnement lorsque tu jouais. Mais la suite te plus un peu moins. Tu eu le droit à un mini-sermon de la part de Monsieur Vincentius à propos de ta capacité à jouer du violon, mais tu t'y attendais. A vrai dire, tu commençais déjà à divaguer et à écouter vaguement ce qu'il disait. Mais l'espèce de promesse qu'il prononça à la fin t'arracha un sourire. L'utilisation de ta magie avait déjà altéré tes pensées, à ton plus grand malheur. Ton regard finit par croiser le sien, et tu ne le quittas plus.

- « C'est rare... De voir un professeur s'excuser auprès d'une élève et de lui promettre quelque chose. »

Tu trouvais ce professeur bien trop poli à ton goût, mais tu avais déjà eu le temps de t'y habituer. Tu ne savais que peu de chose sur lui, mais à en croire par son attitude, sa tenue et la montre qu'il avait, il n'était pas d'ici, comme toi. Mais plus étrange encore, tu avais l'impression que ça avait un lien avec sa magie. Pourquoi personne ici ne prenait la peine de dresser une liste de chaque individu présent et de son don ? C'était seulement fait pour les élèves et encore... Elles n'étaient pas toujours juste. Cette situation commençait à t'agacer, pour une raison que tu ignorais et ce sentiment était amplifié par les conséquences de ta propre magie. Bien que tu tentais de modérer tes paroles, tu ne pouvais t'empêcher de laisser cette influence prendre le dessus.

- « Dites-moi... Seriez-vous pressé, Professeur Vincentius ? Ou alors, le temps filerait-il à une vitesse infernale devant vous ? »

Ton sourire n'avait pas bougé d'un pouce, il avait juste pris une dimension un peu plus ironique et sarcastique. Bien sûr, cette phrase n'aurait pas eu le même impact, si tu n'avais pas appuyé sur "Professeur Vincentius". Tout avait été réfléchi, en quelque sorte... Provocateur, mais sans plus. C'était assez difficile à décrire comme attitude. Tout ce que tu savais, c'était que toi-même, tu n'aimais pas agir comme ça, mais la tentation était trop forte. Tu devais uniquement te concentrer sur le fait qu'aucune magie, aucun sort, ne devait être utilisé tant que tu ne t'étais pas calmée. Les dégâts en seraient plus considérables que jamais...

© Fiche par Beroz



Dernière édition par Tayla A. Blackwings le Ven 3 Juil - 18:33, édité 1 fois
Tayla A. Blackwings
avatar


L'Espace n'a aucune limite

Argent : 1850
Âge du personnage : 17
Puissance :
170 / 500170 / 500

Feuille de personnage
Inventaire:
Pouvoirs du Personnage:
Statut: Etudiante (Espace)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Invité le Ven 3 Juil - 17:53


Premières notes dès l'Aube
FEAT Tayla A. Blackwings




Le temps passait, et es deux jeunes gens se fixaient. Tayla devait être embarrassée d'avoir autant caché de secret envers son corps enseignant, notamment lorsqu'elle était dans les cours des Beaxu Arts. Elle n'avait montré un quelconque talent pour jouer lorsque l'enseignant de musique le lui avait demandé, n'ayant rien sur elle concernant cette capacité de jouer dans son dossier. Ce dernier gardait ses yeux gris tempêtes sur la belle. Il ne lui en voulait pas, il était déçu mais soit, c'était le choix de la demoiselle d'avoir tu cela. Pouvait-il lui en vouloir, lui qui mentait à ses propres enfants en se faisant passer pour mort ? Lui qui trompait les femmes qui occupaient sa couche à ses côtés ? Non, il ne pouvait lui en vouloir, il était sans doute le plus mystérieux et le plus à même de cacher tant de secrets ... Après tout, la vie lui était longue et bien un chemin de notes s'écoulaient derrière lui, son passé était qu'un encyclopédie pour beaucoup, si on entrait dans les détails, sans rajouter ses propres émotions et ressentis.

- En effet, cela est rare mais si nous sommes, enseignants, incapable de montrer que nous nous tenons à respecter vos secrets, je ne pense pas que nous serions digne de confiance, Mlle Blackwings.

Il gardait son sourire qui voulait tant dire de chose comme il ne voulait rien de particulier. Tout l'être de cet enseignant dégageait quelque chose de différent des autres, et paradoxale. En le voyant, il paraissait plein de bonté et de gentillesse, ainsi qu'il paraissait imposant et quelque peu démoniaque. Tant de contrastes qui s'opposaient, les liens des notions du Bien et du Mal étaient rognés par cet être unique qui fascinait comme on ne voulait en savoir davantage sur lui.
Doucement, un de ses sourcils jais se leva tandis que la jeune femme continua de parler, se faisant insistante sur le "Professeur Vincentius". Aaah, quel doux écho d'entendre son nom prononcer d'une voix si charmante furent les pensées de l'enseignant qui regardait Tayla. Mais, il effaça bien vite cela, se focalisant sur la jeune femme qui avait bien changé même que trop à son gout. L'ironie et le sarcasme entouraient la pauvre aura de la violoniste, chose que l'homme ne comprenait pas. Qu'est ce qui avait bien pu changé ? Avait-il dit des mots qui auraient engendré ce changement ? Il en doutait, mesurant ces derniers plus que la moyenne avec son art de jouer avec les mots. Alors quoi donc avait favorisé ce changement ?

- Et vous donc ? Serait-ce votre pouvoir qui vous change autant ?

Il plissa légèrement les yeux. Le seul changement qu'il avait pu noté du début à la fin de cette rencontre matinale, était l'utilisation du don de l'étudiante pour renvoyer son violon d'où il venait. Lentement, Méphistophélès s'approcha d'elle, silencieux, les ombres semblaient danser derrière lui, riant de cette scène mais ce n'était qu'une illusion sordide.
Il entendait la petite montre dans sa poche faire avancée l'heure, il entendait le bruit des aiguilles avançant soit par minute soit par seconde. Un bruit que lui seul semblait être capable, lui qui se fichait éperdument du temps qui lui restait encore une infinité de vie à vivre dans des mondes différents.

- Je pensais que les habitants du royaume de Raika était froid et non plein de sarcasme ... Je m'en vois quelque déçu mais soit, cessons les stéréotypes pour voir le véritable masque. Laissons tomber les masques, n'est ce pas, Tayla Aria Balckwings ?

Son sourire s'agrandit, élargissant son aura de mystère et menaçante mais fascinante.




Code by Funkimina
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Tayla A. Blackwings le Ven 3 Juil - 18:49



Premières notes dès l'Aube

Feat :  Méphistophélès Vincentius

Le professeur s'expliqua sur la raison de cette promesse. Comme tu le pensais, elle n'était pas mauvaise. Ce qui te déroutait pas mal, c'était son sourire. Hypocrite ou non ? Réel ou de façade ? Pourquoi souriait-il ? De toute façon, ce n'était plus le problème. Tu te trouvais au bord d'un gouffre spirituel. Tu étais en train d'inverser ton caractère. Pourquoi ? A cause de ton pouvoir. Ce n'était vraiment pas ton jour de chance... Et pour ne rien arranger, Monsieur Vincentius mit le doigt dessus avec sa question. Et, une fois de plus, un de tes réflexes te trompa : tu te mordis la lèvre inférieur. Stress... Et anxiété. Tu allais presque perdre ce que tu appelais ta "raison". Et enfin, par sa nouvelle prise de parole, le professeur provoqua le changement. La dernière lueur d'innocence disparut de ton regard, qui ne fut qu'envahi par le sarcasme et l'ironie, avec une pointe de provocation et autre. Tu le fixais dans les yeux, avant de parler, d'un ton autoritaire.

- « Je me fiche que vous soyez professeur ou non, mais je vous interdit d'utiliser mon second prénom. Vous n'êtes ni assez digne pour le prononcer ni assez fou pour en prendre le risque. Deuxièmement, nous ne sommes pas froids. »

Tu reculas un peu, comme pour prendre de la distance, avant de prendre une pose, ou plutôt une attitude, plus noble et qui laissait voir tes origines. Puis, tu continuas :

- « Nous sommes nés pour régner. Notre éducation est prise en charge de la naissance à notre mariage. Nous passons tous de parent à époux. Et bien que la mienne ne sera jamais achevée, je peux vous certifier que nous ne sommes pas tel que l'on vous voit. »

Tu repoussas délicatement tes cheveux. Il y avait une légère brise, qui te calmait plus qu'autre chose. Tu fixais toujours l'adulte, d'un air presque supérieur. Enfin, un léger sourire s'afficha sur ton visage, avant que tu reprennes la parole, d'une voix aussi calme que douce :

- « Vous ne savez rien de notre monde... De mon monde. Mais certes, laissons ce sujet de côté. Ce n'est pas ce qui vous intéresse, n'est-ce pas... Monsieur Vincentius ? »

Encore une fois, tu avais bel et bien articulé "Monsieur Vincentius". A la fois d'un ton posé, en appuyant sur certaines syllabes, mais avec un air provocateur et supérieur.

© Fiche par Beroz

Tayla A. Blackwings
avatar


L'Espace n'a aucune limite

Argent : 1850
Âge du personnage : 17
Puissance :
170 / 500170 / 500

Feuille de personnage
Inventaire:
Pouvoirs du Personnage:
Statut: Etudiante (Espace)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Invité le Sam 4 Juil - 16:19


Premières notes dès l'Aube
FEAT Tayla A. Blackwings




Le changement fut quelque peu brutale, rappelant une journée chaude qui laissait place, en un laps de temps court, libre arbitre à des nuages chargés de pluie. L'averse tombait, les éclairs fendaient le ciel. Le temps chaud était devenu qu'une tempête. Et c'était exactement la même chose. Méphistophélès souriait, il aimait ce changement, il aimait se jouer ainsi des sentiments des autres. Il l'écouta, ignorant son regard supérieur à son égard. Après tout, il n'était pas digne de cela, il n'était qu'un pauvre mendiant face à tant de royauté. Il manqua de rire, mais il put se contenir, gardant son regard rivé sur la jeune femme. Un empereur qui venait de n'être jugé que comme un paysan. Pauvre petite, elle ignorait bien des choses, il avait gouverné un monde entier alors qu'elle, n'était-elle pas seulement promu à régner sur un pauvre pays qui bataillait contre d'autre ? Si le temps n'avait été aussi beau, la brise aussi légère, le Démon aurait montré son vrai visage, laissant la Mort pourfendre son corps de sa faux d'ébène. Mais, il demeura calme, la fixant en souriant. Quant elle eut fini, il manqua de l'applaudir. Son self-contrôle de joueur était drôlement mis à l'épreuve de si bon matin. 7h50min55 secondes. C'était une bonne heure pour l'enseignant. Pourquoi ? Parce qu'il en avait décidé ainsi. Doucement, ses yeux se plissèrent.

- Pardonnez moi de ne pas être assez "digne" de prononcer votre deuxième nom.

Il fit révérence, tandis que son digne dans sa phrase était appuyé par une lueur qui voulait dire que bien des secrets demeuraient sur d'où et qui il était. Il ne put la retenir, cette pauvre petite lumière qui rendait ses yeux gris tempêtes quelque peu plus écarlates. Pendant ce temps, la belle aux cheveux platines semblait s'être calmée.

- En effet, votre monde ne m'intéresse que très peu.

Il ne précisa pas qu'il ne l'avait qu'à peine écoutée, se fichant éperdument de la manière dont se faisait la gouvernance du royaume de Raika. Méphistophélès haussa légèrement les épaules et s'approcha d'elle. Il n'y avait plus qu'un pauvre mètre pour les séparer. Le professeur était bien plus grand qu'elle, si bien qu'il du baisser légèrement la tête pour la regarder. Ses yeux se firent plus doux puis ils devinrent plus durs. Il reprenait son rôle d'enseignant à coeur.

- Je n'aime pas ce regard. Vous devriez le garder avec des personnes de votre âge ... J'entends pas là, des personnes proches de la vingtaine ou un peu plus ...

Son sourire devint mystérieux. La manière de parler de la jeune femme lui avait permis de comprendre qu'elle était bien plus vieille qu'on pouvait le penser. Un peu comme lui en soit. Sur son dossier, il était mentionné qu'elle avait 17 ans, mais, comment elle construisait laissait prétendre à un âge plus mûre, bien que ce soit un peu trop naïf à son gout, d'où l'estimation de son âge pour la vingtaine passée depuis peu.





Code by Funkimina
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Tayla A. Blackwings le Sam 4 Juil - 23:21



Premières notes dès l'Aube

Feat :  Méphistophélès Vincentius

Le professeur regarda sa montre. Tu eu envie de lui demander l'heure mais qu'importe ? Tu t'en fichais maintenant. Seulement, lorsqu'il s'excusa de son impolitesse, tu discerna facilement une forme d'ironie. Avais-tu fait une erreur ? Sûrement, mais uniquement en la personne de Monsieur Vincentius. De toute façon, qu'il soit simple citoyen, souverain ou même Roi du monde, cela ne changerait rien à ton verdict : gagner ta confiance pour pouvoir utiliser ton second prénom. C'était tout ce qui importait. Chez toi, même le souverain n'avait pas le droit de l'utiliser... Même s'il le faisait. Mais ce n'était pas pareil. Enfin... Il confirma ne pas être intéressé par tes origines. Cela t'arrangeait. Mais, lorsqu'il s'approcha, tu essaya de reculer de quelques pas. Tu n'aimais pas son regard. Il ne t'effrayait pas, tu ne le craignais pas. Tu ne l'aimais pas, c'était tout. Mais la révélation qui suivit réanima une flamme dans tes yeux, une lueur que tu n'aurais jamais cru réutiliser : l'intérêt. Tu le fixas longuement, avant d'humecter légèrement tes lèvres, cherchant tes mots. Puis, tu soufflas :

- « Comment... Comment prétendez-vous... »

Tu n'arrivais pas à trouver tes mots. Si ils sonnaient faux, ton secret était grillé. S'ils sonnaient trop justes, tu allais aussi te révéler. Tu baissas les yeux un court instant. Une phrase, juste une... Une défense... Non... Une attaque. Tu relevas les yeux, avant de continuer d'une voix plus assurée et presque outrée :

- « Un homme ne devrait pas vieillir une femme, vous savez... Comment pouvez-vous prétendre dire que j'ai la vingtaine ? »

Tu avais pu trouver les mots... Une défense mais aussi une attaque, par les mots. Même si le temps s'écoulait plus vite dans ton monde, depuis que ton corps était ici, il était sous le joug du temps de ce monde. Mais ton esprit appartenait toujours à ton monde. Par conséquent... Tu parlais avec bien plus de maturité qu'une personne de dix-sept ans...  Tu le savais pertinemment, mais tu ne voulais pas que cela sa sache.

© Fiche par Beroz

Tayla A. Blackwings
avatar


L'Espace n'a aucune limite

Argent : 1850
Âge du personnage : 17
Puissance :
170 / 500170 / 500

Feuille de personnage
Inventaire:
Pouvoirs du Personnage:
Statut: Etudiante (Espace)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Invité le Sam 11 Juil - 19:57


Premières notes dès l'Aube
FEAT Tayla A. Blackwings




Le Démon commençait à se lasser de la présence qu'il avait croisé. Tayla A.Blackwings. Elle était intéressante mais, que quand elle était empreinte de secret, là, elle lui livrait tout sur un plateau, s'en était que trop facile, chose qui lui déplaisait. Sa simple attaque envers lui concernant l'âge lui donnait raison. Bien des femmes avaient réussi à tromper les hommes par le maquillage ou élixir de jouvence, mais, il n'en était dupe. Le Temps lui avait offert bénédiction lors de ses nombreux voyages dans de nombreux univers, il en était que trop facile pour lui, qui semblait avoir la vie éternelle, de deviner les âges de ses dames. "Un homme ne devrait pas vieillir une femme" ! Cette remarque fit sourire d'un profond amusement le Malin qui regarda intensément la jeune femme. Il se fichait éperdument des bonnes manières de ce monde, il n'en avait que faire de parler du véritable âge de ces dames qui se voulaient avoir la jeunesse. Que Diable les fasse comprendre qui elles sont, leurs peines et leurs vieillissements ! Méphistophélès ne choisissait que peu son corps lorsqu'il venait dans les autres dimensions, il devait prendre l'apparence de l'espèce majeure, apprendre son langage, les coutumes et traditions. Bref, un long travail mais le Temps lui-même se chargeait de l'âge de son enveloppe charnelle. 32 ans ... Telle était l'âge qu'il semblait avoir dans ce monde, sur cette planète. Il retrouvait les jouissances de la vie, mais, depuis sa naissance, il n'en avait que trop gouté et parfois, il regrettait avec amertume que son corps ne soit courbé, vouté, les cheveux argentés, les traits tirés, et les mains ridées montrant un long travail. Oui, parfois il ne voudrait être qu'un vieil homme. Mais cela ne lui était encore permis apparemment.

- Un homme se devrait de dire la vérité à une femme ...

Sa rapplique fut dite sur un ton suave, ronronnant de sa contre-attaque. La vérité ? Ce mot le fit rire intérieurement, lui, qui ne vivait que par le mensonge. Après tout, son existence n'en était pas un dans cette dimension ?

- Vous êtes bien plu mûres que la moyenne des jeunes de l'âge que vous prétendez avoir. Mais, il y a des exceptions ...

Il souriait tandis qu'il se redressait, retrouvant son dos droit. Son regard pétillait parmi les mèches rebelles qui vinrent cacher un peu son visage sous le vent devenu plus fort. Il rattrapa dans un geste rapide son haut de forme qui manqua de quitter le trône que lui offrait le haut de sa tête.

- Votre regard. Il est celui d'un jeune adulte, de plus, votre question en indique long. Vous devriez davantage sur les mots, Mlle.Blackwings. Et puis, repensez à votre remarque avec le temps ...

Oui, le professeur laissait parfaitement le sous-entendu de son don s'exprimer. Qu'on sache qu'il maitrisait le temps lui importait peu, après tout, les autres personnes ignoraient ce que lui permettait ce pouvoir.

- Et puis, ne croyez pas être la seule à vouloir mentir sur son âge.

Deuxième sous-entendu ? La demoiselle l’interpréterait comme elle le voulait, il n'en avait que faire. Qu'on sache son véritable âge changerait les avis à propos de lui ? Il ne fallait rêver et puis, qu'il est véritablement 32 ans ou 3000 poussières, qu'est ce que ça changeait ? Beaucoup mais pour lui, rien du tout, c'était négligeable.





Code by Funkimina
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Tayla A. Blackwings le Ven 24 Juil - 19:33



Premières notes dès l'Aube

Feat :  Méphistophélès Vincentius

Très vite, il te contredit. Dire la vérité ? La vérité était que tu avais dix-sept ans, cela se voyait non ? Tu avais fêté quatre anniversaires dans ce monde quand même ! Tu étais arrivée à douze ans, tu avais bel et bien douze ans ! Alors, non... Tu n'étais pas plus âgée... Physiquement... Tu aurais voulu lui répondre sur un ton des plus outré, mais tu fus coupée dans ta lancée par son complément. Des exceptions... Tu supposas que tu pouvais te taire, pour une fois. Tes paroles... Effectivement... Mais tout de même, tu savais que tu avais toujours parlé comme ça, on t'avais éduquée dans le but d'être adulte, belle, coquette... Silencieuse. Une petite poupée de porcelaine, fragile comme le cristal, pure comme le diamant, silencieuse comme une brise estivale de ton pays. Et surtout, par dessus tout, impassible et inexpressive comme le doux givre matinal. Sa dernière remarque te mis la puce à l'oreille, tu pris un air enjoué, t'approchant du professeur, avant de joindre tes deux mains près de ton visage, avant de déclarer, d'un ton enfantin et des plus joyeux :

- « Je vois. J'ai une idée Monsieur Vincentius ! Oublions cette petite discussion et personne ne saura, ni pour vous ni ce que vous supposez sur moi. Une promesse de plus dans ce large flot que forment celle que vous avez déjà prononcées, cela vous convient-il ? Après tout, je ne suis qu'une élève qui a l'honneur de participer à des cours intéressant pour les cinq premières années de sa vie. »

Il n'y avais ni ironie, ni sarcasme dans ta voix. Tu étais sérieuse. Si on venait à savoir quelle âge tu avais réellement, toute ta réputation et ce que tu avais construit s'effondreraient. Cependant, tu n'attendis pas la réponse. Tu lui adressas un sourire avant de prendre la route de l'académie, la salle de classe. En effet, la cloche allait bientôt retentir... Tu avais cours.

© Fiche par Beroz

Tayla A. Blackwings
avatar


L'Espace n'a aucune limite

Argent : 1850
Âge du personnage : 17
Puissance :
170 / 500170 / 500

Feuille de personnage
Inventaire:
Pouvoirs du Personnage:
Statut: Etudiante (Espace)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Premières notes dès l'aube [PV : Méphistophélès Vincentius]

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum